Du nouveau : des projets de liaison, d'amélioration des chemins

Un nouveau chemin réouvert en mai 2011 : Le Chemin de Labrénère

Un nouveau chemin réouvert en novembre 2010 : Le Chemin du Sarrot de Béranguel

Le Chemin des Jaupins et son nouveau sentier par le Sarrot Carboué :

A l'attention du public parcourant cet itinéraire plein de saveur, un prolongement par le Chemin de l'Ardoisière a été ouvert  ce printemps 2010 pour rattraper élégamment la Fontaine d'Orbe par des lacets creusés à la pioche en pente moins forte qu'auparavant.

l'ancienne ardoisière vue du Sarrot Carboué
l'ancienne ardoisière vue du Sarrot Carboué

 

Un peu d'Histoire le long du Chemin des Jaupins :

de Bedous à Aydius par le Chemin de l'Ardoisière (N°20).

 

C'est par là qu'ont été convoyées les belles et épaisses ardoises couvrant les anciennes toitures de la Vallée d'Aspe : elles valent de l'or. Rénové avec de l'ardoise d'Aydius, un toit peut durer une bonne centaine d'années, car ce sont les pointes et les liteaux qui vieilliront en premier...

L'ardoise au village d'Aydius
L'ardoise au village d'Aydius
Les travaux d'amélioration : surtout du piochage
Les travaux d'amélioration : surtout du piochage

L'idée était d'éviter une côte trop raide sur l'itinéraire d'origine, qui auparavant quittait le Chemin historique de l'Ardoisière en gravissant un raidillon assez hostile dans un ravin pour rejoindre la Fontaine d'Orbe, sous la Piste de Houndorbe.

 

L'idée a donc été de réouvrir la suite du Chemin de l'Ardoisière jusqu'au Sarrot Carboué, promontoire qui comme son nom l'indique a été fréquenté par des charbonniers (ils transformaient sur place le bois de chêne qui abonde ici en charbon de bois, il était utilisé pour la réduction du minerai de fer - quelques galeries garnies de pyrite subsistent dans le secteur, paradis des chauves-souris).

Ensuite un cheminement en lacets, puis une longue traversée en pente douce permettent de retrouver la Fontaine d'Orbe.

Le projet d'aménagement a consisté principalement en piochage pour élargir les bribes d'un ancien passage évoluant à travers la chênaie. Le son de la pioche s'est fait donc entendre à nouveau pour grignoter le rocher et la terre, mais dans un autre contexte que celui de la mine.

Variations autour du chemin de Compostelle :

d'Escot, de Sarrance à Pontsuzou et au-delà ...

Des hypothèses posées à la suite d'une reconnaissance effectuée en 1995 sur la Basse Vallée d'Aspe sont disponibles en téléchargement :

L'encorbellement du Mail de Couret
L'encorbellement du Mail de Couret

 

passage enjambant le Mail de Couret

 

Situé à 1,250 km du pont du haut du village de Sarrance, en cheminant par le GR® 65.3 vers Pontsuzou, il reste inaperçu. 

 

Pourtant, il n'est pas recommandé de s'y pencher. Un détour d'une vingtaine de mètres plus au sud permet de l'approcher au niveau du Gave.

 

Une prouesse technique du Moyen Âge avec des matériaux rudimentaires, mais ayant défié le temps ...

 

Les murs de soutenement fissurés de la N 134 ont moins de chance car il n'y circule pas que des pèlerins et des ânes bâtés ...

de Sarrance à Pontsuzou autour du GR® 65.3
une carte compilant vue aérienne, carte ign et cadastre entre Sarrance et Pontsuzou
(source : www.geoportail.fr document à seule fin d'étude)
sarrance_pontsuzou_géoportail.jpg
Image JPG 1.4 MB
voie d'Arles en Aspe
un texte écrit en 1995 republié à la veille de l'année jacquaire 2010. Thème toujours d'actualité depuis un millénaire. Une analyse sans concessions déjà à cette époque.
voie_d'arles_en aspe.pdf
Document Adobe Acrobat 214.6 KB
la presse à ce sujet fin 1994
A cette époque un engouement avait saisi les élus pour réhabiliter cet itinéraire. Depuis des aménagements ont été réalisés, mais il reste de nombreux points noirs sur le GR® 65.3.
presse_et_voie_d'arles_en_1994.jpg
Image JPG 790.8 KB

L'un des tronçons posant problème

 

Du Pont d'Esquit à l'ancienne auberge du Peillou, le GR® 65.3 a été déclassé par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre, estimant l'itinéraire inadapté à des piétons car jouxtant principalement la chaussée de la RN 134 / E 7, empruntée par de nombreux poids lourds.

 

La FFRP suggère aux pèlerins de prendre le bus TER à Accous pour rejoindre directement le Col du Somport.

photo : camion renversé sous la Pène d'Aret, à 800 m en-dessous de l'ancienne auberge du Peillou

une belle archive : un reportage photo collecté en 1995 tout le long de la Voie d'Arles.

Il étaye les hypothèses formulées dans le texte proposé en téléchargement ci-dessus.

Un autre chemin d'histoire !

 

Il regarde vers la Vallée d'Ossau ...

 

 

Le chemin des Résistants : liaison Aspe-Ossau entre Escot et le Col de Marie-Blanque

Un sentier d'un kilomètre permettrait d'assurer la continuité entre le circuit Bourdieu-Bilboquet d'Escot, via la piste pastorale de Guiche et le Col de Marie-Blanque, via la piste forestière des Héougères côté Ossau.

Cette représentation à des fins d'étude seule est tirée du logiciel Memory-Map Pyrénées Sud-Ouest.

 


Le Maquis de Buziet a opéré sur des réceptions de larguage d'armes par les Alliés sur le Plateau du Bénou. Il s'est retranché à la Cabane de Guiche, d'où l'intérêt de réhabiliter ce chemin d'histoire jusqu'au Col de Marie-Blanque où une stèle commémorative a été installée.

Vraiment !  Allez faire un tour sur la carte OpenStreetMap.

Il y a du nouveau depuis quelques jours du côté d'Escot, de Sarrance, de Lourdios, d'Osse-en-Aspe, de Bedous, d'Orcun, de Jouers et d'Accous, ainsi que sur le chemin de Compostelle, du Pont d'Escot jusqu'au fond du Vallon, etc...

Pour en savoir plus !